8 JUIN 2004
TRANSIT DE VENUS

LES PASSAGES DE VENUS DEVANT LE SOLEIL

Les orbites de Vénus et de la Terre ne sont pas situées exactement dans le même plan, mais font entre elles un angle de 3°24'. Aussi faible soit-il, celui-ci est suffisant pour que, de la Terre, on ne voit pas passer le globe de Vénus devant le disque solaire à chaque conjonction inférieure de la planète, c'est-à-dire tous les 584 jours. Comme pour Mercure, les passages n'ont lieu que lorsque la conjonction inférieure se produit au voisinage de la ligne d'intersection du plan de l'orbite terrestre et du pan de l'orbite de la planète. Cette circonstance intervient toutefois beaucoup plus rarement que dans le cas de Mercure, puisque l'intervalle de temps séparant deux conjonctions inférieures est environ 5 fois plus grand. Elle se renouvelle selon le cycle : 8 ans, 121 ans et demi, 8 ans, 105 ans et demi, 8 ans, 121 ans et demi, etc., les passages survenant toujours début juin ou début décembre. Le dernier passage s'est produit le 6 décembre 1882; les prochains s'observeront le 8 juin 2004 et le 6 juin 2012.

C'est, semble-t-il, le Britannique J. Horrocks qui, le premier, observa, en 1639, un passage de Vénus devant le Soleil. Mais ce phénomène n'a retenu vraiment l'attention des astronomes qu'après qu'un autre Britannique, Edmond Halley - dont le nom reste attache à la plus célèbre des comètes périodiques - eut proposé, en 1716, une méthode ingénieuse pour déterminer la distance de la Terre au Soleil d'après le temps mis par Vénus pour traverser le disque solaire. Au XVIII° siècle, les passages - en 1761 et 1769 - furent attendus avec impatience, et nombre d'astronomes accomplirent de longs voyages pour en assurer l'observation sur toute la Terre. 

Plus de 80 expéditions furent organisées en 1761, au moins autant en 1769, environ 70 en 1874 et 85 en 1882.
Nous retiendrons dans notre région :
    - la mission du chanoine Pingré à Rodrigue en 1769 (le lieu où il observa s’appelle aujourd’hui « Pointe Vénus » et le capitaine qui l’amena de France s’appelait Marion-Dufresne).
    - les expéditions conduites en 1874 à La Réunion par M Oudemans (astronome hollandais ; observation depuis le barachois de Saint-Denis) et à l’île Saint-Paul par le commandant Mouchez (devenu plus tard directeur de l’observatoire de Paris et amiral).

Rappelons également que les célèbres expéditions de Bougainville (France) et Cook (Angleterre) avaient aussi pour mission d’observer le transit de Vénus de 1769. Un certain Commerson accompagnait Bougainville mais resta à l’île Maurice auprès de l’intendant Pierre Poivre.


Ci-dessus : vues selon les repères locaux (Ile de La Réunion)